Jesus-Christ Cross.FL12

De theopedia.fr
Aller à : navigation, rechercher


La Croix : le saint embleme, l'étendard du Chrétien

La croix, c'est ce qui rassemble tous les Chrétiens

C'est le symbole de la croix qui a réunis tous les chrétiens, tout au long de ces 2000ans d'histoire, ce ne sont pas les petits poisson!

N'ayons pas honte de la croix. En effet;

  • 1 Corinthiens 1:18 Car la prédication de la croix est une folie pour ceux qui périssent; mais pour nous qui sommes sauvés, elle est une puissance de Dieu.
  • Galates 6:14 Pour ce qui me concerne, loin de moi la pensée de me glorifier d'autre chose que de la croix de notre Seigneur Jésus-Christ, par qui le monde est crucifié pour moi, comme je le suis pour le monde!
  • Colossiens 1:20 il a voulu par lui réconcilier tout avec lui-même, tant ce qui est sur la terre que ce qui est dans les cieux, en faisant la paix par lui, par le sang de sa croix.
  • Colossiens 2:14-25 il a effacé l'acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et il l'a détruit en le clouant à la croix; 15 il a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d'elles par la croix.
  • 1 Corinthiens 1:23-24 nous, nous prêchons Christ crucifié; scandale pour les Juifs et folie pour les païens, 24 mais puissance de Dieu et sagesse de Dieu pour ceux qui sont appelés, tant Juifs que Grecs.


Les tentatives du diable pour discréditer la croix

Le diable a tenté de discréditer le symbole de la croix.

  • Il en a fait en plusieurs occasions le symbole de la peur et de la torture.
  • Les juifs qui ont subis les persécutions, les inquisitions, redoutaient la croix.

Aujourd'hui, en Israel, on appelle les chrétiens, NOTSRIM. C'est à dire, ceux qui font partie de la secte du nazaréens.

Le Talmud cite Jésus comme Yeshou HaNotsri, "Jésus de Nazareth" (B'rakhot 17b, Sotah 47a).

YESHOU signifie "Que son nom et sa memoire soit effacee" alors que YESHOUA signifie "Salut"

En Israël, le NOTSRIM sont les "Catholiques", ces Chrétiens qui ont persécutés les juifs.

Pour se démarquer des persécuteurs historiques, les Chrétiens Juifs se font appelles Juifs Messianiques, en hébreu ils se nomment les MESHIRIM, c'est-à-dire les Messianiques.

POURTANT, tous les chrétiens de toutes les dénominations se rencontrent à la croix.
Quelqu'un qui ne reconnaît pas Jésus-Christ comme Dieu venant prendre les péchés de l'humanité à la croix n'est pas chrétien.

C'est le cas des musulmans qui croient que Jésus-Christ a existé, mais ce Issa ne serait pas mort à la croix.

C'est le cas des témoins de Jéhovah qui ne croient pas que Jésus-Christ est Dieu...

  • Galates 6:14. Pour ce qui me concerne, loin de moi la pensée de me glorifier d'autre chose que de la croix de notre Seigneur Jésus-Christ, par qui le monde est crucifié pour moi, comme je le suis pour le monde!

Pas les petits poissons

Le signal de ralliement des chrétiens c'est la Croix. C'est sur le bois maudit que le sang de Jésus-Christ a coulé.


Calvaires, Croix monumentale

La croix monumentale est une croix chrétienne isolée ou qui fait partie d'un calvaire. Développées vers le XIe siècle avec l'émergence de l'art roman, les croix monumentales atteignent leur apogée aux XVIe, à l'exception des croix de chemins et surtout des calvaires qui s'érigent surtout au XIXe siècle. Particulièrement à cette période, ces structures deviennent des lieux de rassemblements pour prier lors des fêtes religieuses.

A partir des années 350, soit une dizaine d'années après la mort de l'empereur Constantin Ier converti au christianisme en 337, c'est sainte Hélène, la mère de l'empereur, qui aurait découvert la Croix de Jésus sur le Golgotha lors d’un pèlerinage en Israel entrepris en 326. Constantin fit alors construire la première croix monumentale, une croix en or sur le mont Golgotha.

Saint Jean Chrysostome déclare que la croix, jadis supplice infamant, est devenu le plus saint des emblèmes.

Elle peut dès lors se développer dans le monde chrétien, d'abord sous forme de Croix triomphale : le Christ n'est pas sculpté dessus.

Ce sont les moines irlandais qui, au VIIe siècle, sont les premiers à faire de la croix un vrai monument sous la forme de stèles gravées, puis de croix grecque cerclée au VIIIe siècle et de la Crucifixion au IXe siècle[4].

On assiste à une multiplication des croix à partir de 1095, date à laquelle le Concile de Clermont établit que le droit d’asile est étendu aux croix de chemins qui ont alors un double rôle de guide et de protection.

La croix de sommet

Une « tradition » récente, remontant à la deuxième moitié du XIXe siècle, mais ayant des précédents très anciens, consiste à ériger des croix monumentales (au moins par leurs dimensions) sur le sommet des montagnes (voir par exemple Croix du Nivolet).

C'est la survivance de rituels plus anciens de christianisation de lieux réputés possession du diable ou d'esprits maléfiques : inaccessibles, inexploitables à toute activité humaine, les sommets étaient souvent voués à saint Michel, adversaire traditionnel du diable.

La croix était un signe de prise de possession.

Notes et références


Bibliographie

Autour du texte

Commentaires

Liens externes