Jesus-Christ Noms Yeshoua.FL3

De theopedia.fr
Aller à : navigation, rechercher

Traduction

Donner l'équivalent d'un mot d'une langue vers une autre

CHRISTOS est la traduction en grec se MASHIARR, Messie, et signifie, le "Oint"

Translitteration

la Translittération n'est pas une traduction, c'est une Transcription d'un texte lettre par lettre d'un alphabet dans un autre. On essait ainsi de rendre la prononciation d'une langue, dans une autre, avec un autre alphabet!!! Ce peut etre une tache très ardue surtout, si certains sont n'existe pas dans l'alphabet utilsé pour la transcriptions.

La lettre gutturale AYIN n'a pas d'equivalent ni en Français, ni en Grec, ni en latin. Tous le prononcent A comme PAPA, c'est aussi le cas de nombreux Israeliens issu d'occident, alors que les Israeliens issus d'Orient ainsi que les arabes savent pronocer cette syllabe qui vient du fond de la gorge.

Yeshoua ישוע

En fait, dans sa forme sémitique la plus exacte, le nom de Jésus est vocalisé avec un `Ayn (ע) consonant à la fin et non par un He (ה).

Yeshoua est un nom hébreu dont la translittération[1] grecque est Iesous. Le nom Jésus en français vient de la translitération du nom grec en latin Iesus.

En hébreu, Jésus s’écrit : ישוע.

Le nom Yeshoua, ישוע (Jésus/Jeshua), – comme donné ci-dessus suivant l’hébreu et l’araméen du 1er siècle de notre ère – apparaît dans l’Ancien Testament dans Esdras 2:2, 2:6, 2:36, 2:40, 3:2, 3:8, 3:9, 3:10, 3:18, 4:3, 8:33 ; Néhémie 3:19, 7:7, 7:11, 7:39, 7:43, 8:7, 8:17, 9:4, 9:5, 11:26, 12:1, 12:7, 12:8, 12:10, 12:24, 12:26 ; 1 Chroniques 24:11 ; et 2 Chroniques 31:15, ainsi que dans la version araméenne d’Esdras 5:2.

  • Le nom de notre Sauveur est le nom Hébreu – Araméen : ע ו ש י, YESHU’A (Yeshoua).
  • Yeshoua signifie « Il sauve, Il sauvera ».

YeHoshoua יהושע

Dans Néhémié 8:17 ce nom se réfère à Josué le fils de Noun, le successeur de Moïse : l’ancienne forme hébraïque Yêshû` ישוע était une version postérieure à l’Exil de Babylone de Yehôshû` יהושע ou « Joshua ». Pour cette raison, Joshua fils de Noun apparaît sous la forme de Ιησους (Iêsous ou « Jésus ») dans la version grecque de Josephus et dans le Nouveau Testament (Actes 7:45, Hébreux 4:8), etc. Cette adaptation en grec est, selon les spécialistes, la plus proche et la plus correcte pour rendre l’hébreu Yêshû` ישוע. On rencontre également la forme talmudique altérée yod-shin-waw ישו, Yeshu.

  • Yeshoua est en fait la version araméenne du nom hébreu plus long YeHoshua (Josué).
  • Yeshoua est une forme tardive du nom hébreu biblique Yehoshua (Josué).
  • Yéshoua est donc un diminutif de YeHoshoua.
  • YeHoshoua se compose de « YeHo » et de « Shoua ».

« YeHo » est une forme de « YaHu », un diminutif du nom de Dieu YHVH. « Shoua » signifie « un cri invoquant le secours ». « Un cri qui sauve ». « Au secours ! ».

YéHoshoua signifie « YHVH sauve ». « YHVH est un cri qui sauve ». « Criez vers YHVH quand vous avez besoin d’aide ». Il y a donc l’idée de délivrer. De sauver. De secourir.

Le nom de Jésus ne dérive donc pas du Tétragrammaton auquel on ajouterait un Shin (ש). Si les plus anciennes formes de Yêshû` (Yehôshû`) contiennent une forme contractée du Tétragrammaton, ce nom est dérivé probablement de la racine hébraïque ישע ou ושע. On voit donc que le nom Yêshû` ne contient aucun son « h » tandis que le Tétragrammaton ne contient, lui, aucun son se rapprochant du Ayin.

Yeshou ישו

Au temps de Jésus, la vocalisation, c'est à dire la prononciation de Jesus en Hébreu, pour l'oreille d'un grec( cf translittération Ιησους) était probablement YESHOU, et c'est pour cela que la translitération en grec a donné Iesous, avec les lettres et pronociations disponibles dans la langue grecque.

Le probleme est que le judaisme post-Chrétien a violement combatut cette nouvelle révélation du Messie et a associé au nom meme du Christ une malédiction:

  • Yimmach Shemo Wezikro. En abrégé, YSW. Ce qui signifie « que son nom et sa mémoire soient effacés ».

C'est dans ce contexte, contraire que les Chrétiens Israeliens, les Juifs Messianiques, préfèrent translitérer le Iesous du Nuoveau Testament Grec en YESHOUA.

Iesous Ιησους

Le nom moderne Jésus dérive de l’ancien grec Iêsous, via le latin et l’ancien français :

Le nom Jésus n’a aucune signification particulière en français. Les gentils (les nations) de l’Empire Romain parlaient le grec et le latin.

Ils n’arrivaient pas à prononcer le nom Yeshou’a.

  • Le nom Yeshou’a possède un son guttural (son émis au fond de gorge) qui n’existait pas dans leur langue respective (le grec et le latin).
  • La lettre hébraïque Yod (י) donne le son le son YE. C'est la lettre grecque Iota (qui s’écrit I) qui fut naturellement choisie pour exprimer le son YE, à laquelle la voyelle grecque EH (é) accent aigu, la lettre grecque Eta (H).
  • La lettre hébraïque Shin (ש) donne le son CH n’a aucun son correspondant en grec. C’est la lettre sigma (Σ) grecque qui remplace donc le Shin hébreu.
  • Le lettre hébraïque Waw (ו) donne le son est WE ou VE qui représente le son OU. Pour avoir le son OU en grec il faut deux lettres : l’Omicron (O) et l’Upsilon (Υ).
  • Le lettre hébraïque Ayin (ע). En grec, il n’y a pas de substitut pour la lettre hébraïque Ayin. Ayin n’a pas de son en lui-même, mais il fait que la voyelle « qu’il contôle » donne un son émis au fond de gorge. Chose impossible pour les grecs et pour les romains qui parlaient le latin. Ils prononçaient le « a » controllé par l’Ayin comme les « a » de papa.
  • En plus de tous ces problèmes, un nom terminé par un « a » en grec et en latin indiquait habituellement le genre féminin.
  • Afin de souligner le genre masculin de Jésus, ils ont translitté le AYIN par le Sigma qui indiquait habituellement le genre masculin.
  • On obtient alors comme résultat : IHΣOYΣ (Iésous).

IHΣOYΣ (Iésous) en grec qui perdait son influence a donné en latin IESVS (Iesus).

  • Le V latin remplaçait l’Upsilon grec jusqu’à l’utilisation du U.
  • Dans certaines langues germaniques (allemand, néerlandais…), le latin I est devenu J, mais avec le son Y.
  • Un S entre deux voyelles se lit Z.

Au 14ème siècle, des moines copistes de la Bible ont ont transformé l’I initial en J. Le son Y a évolué pour donner le son J en français.

Certains, disent que le termet Jésus est démoniaque, qu'il est en rapport avec Isis (déesse égyptienne), ou un lien spirituel avec Zeus[2].

Ce sont des betises, du niveau de la maternelle et du bac à sable

Que ces frères, en espérant qu'ils acceptent toujours la divinité de Jésus-Crist aille relire le Nouveau Testament et en particulier Romain et Galates!

Jehova

Dans la Bible Hébraïque le nom de Dieu est composé des lettres Yod, Hé, Waw et Hé (YHWH), traduit en Francophonie par l’Eternel. YHWH est le saint nom de Dieu, le tétragramme qu'aucun juif ne pouvait ni proncer ni écrire en vain[3]

Ainsi, quand un juif lit sa bible, le TANAR[4], et qu'il est ecrit YHWH, il lit ADONAI qui signifie Seigneurs.

La vocalisation du texte sémitique est l'adjonction d'un systeme de voyelles aux consonnes existantes dans le texte hebraique.

A l'origine, il n'y avait aucune voyelles. A partir du 5eme siecle AD (apres Jésus-Christ), le texte a été voccalisé, c'est a dire on y a mis des voyelles.

Sous le tetragramme YHWH, on a mis les voyelles qui correspondent a ADONAI, puisque c'est ce qu'il faut lire, quand il est écrit YHWH!

Ainsi, jehovah, n'a aucune existence, ni historique, ni phylologique, ni hébraique, ni rien, KLOUM[5]!

La mode des Yeshoua partout

Qu'en Israel, on parle partout de Yeshoua, Hallelujah, Alleliua, Gloire à Dieu, Amen!

Par contre, la nouvelle mode, qui consiste à proner partout, que le vrai nom de Jésus est Yeshoua, et que si on ne chasse pas les démons au nom de Yeshoua, qu'on ne prie pas au nom de Yeshoua, etc, etc, etc... ça ne fonctionne pas, est en fait une très ancienne hérésie!

D'abord, comme on l'a vu plus haut, la prononciation probable de l'époque était très certainement YESHOU, puisque les apotres eux-memes, lorsqu'ils ont fait la trasliteration du nom de Jésus l'ont écrit Iesous, et non pas Iesoua ou Iesouha.

Ensuite, penser que notre Dieu serait assez insensé pour laisser pendant 2000 ans tous les Chrétiens non juifs se fourvoyer, ce n'est pas très sage!

Rappelons nous que la lettre tue! mais que l'esprit vivifie!

La mode de l'écriture de D.ieu partout

On voit pas mal de Chrétiens écrivant ainsi le nom de Dieu, comme les Juifs Juifs!

Qu'est ce que c'est que cette mode?

Attention, que nos frères Juifs Messianiques après avoir commencés par l'Esprit, finissent par la chaire, en redevenant des Juifs Juifs!

Attention, que nos frères Chrétiens Francophones, après avoir commencés par l'esprit, finissent par la chaire en devenant des Galates[6]!

Rappelons nous que la lettre tue! mais que l'esprit vivifie!

Notes et références

  1. la Translislittération n'est pas une traduction, c'est une Transcription d'un texte lettre par lettre d'un alphabet dans un autre. On essait ainsi de rendre la prononciation d'une langue, dans une autre, avec un autre alphabet!!! Ce peut etre une tache très ardue surtout, si certains sont n'existe pas dans l'alphabet utilsé pour la transcriptions
  2. comme ce dernier est décrit dans la mythologie gréco-romaine (Bien que les mots Zeus, Théos, Deus, Dieu… sont étymologiquement (linguistiquement) liés
  3. Deutéronome 5:11. Tu ne prendras point le nom de l'Eternel, ton Dieu, en vain; car l'Eternel ne laissera point impuni celui qui prendra son nom en vain.
  4. La Bible hébraïque se nomme TaNaKh, prononcée TANARR, acronyme formé à partir des titres de ses trois parties constituantes : la Torah (la Loi), les Neviim (les prophètes) et les Ketouvim (les autres écrits)
  5. rien en Hébreu
  6. Epitre de Paul aux Galates

Bibliographie

Autour du texte

Commentaires

Liens externes

Voir aussi

Niveau de detail faible: FL1

Niveau de detail élevé: FL2

Niveau de detail très élevé: FL3