Theology.FL1

De theopedia.fr
Aller à : navigation, rechercher


Ethymologie de théologie

Théologie vient du mot grec θεολογία, prononcé théologia qui signifie littéralement « discours sur le divin, le Θεός [Theos] ».

Ainsi, la théologie est la science qui étudie les réalités considérées comme « divines », le fait religieux, ainsi que l'interprétation des textes dits « sacrés ».

La Théologie est la science humaine qui étudie Dieu

Théologie Chrétienne

Son sens précis n'est pas toujours le même : le mot « théologie » peut ainsi désigner les Écritures ou la profession de foi chrétienne d'une communauté.

Toutefois, les Théologiens latins ont fini par l'utiliser couramment dans leurs écrits, et le mot « théologie » a alors reçu le sens, qu'il a gardé, d'étude systématique de la doctrine chrétienne.

À partir du XVIe siècle, le mot théologie redevient plus général. Il est en effet utilisé dans l'expression théologie naturelle, qui désigne la connaissance de Dieu d'une manière considérée comme « naturelle ». Dès lors, il est également utilisé pour d'autres religions que le christianisme, notamment dans des perspectives d'étude comparée des religions. La théologie désigne alors l'image de Dieu et du divin dans les différentes religions, ainsi que leurs doctrines.

Théologie et foi

On peut considérer que l'homme fait de la théologie quand il s'intéresse à Dieu ou aux dieux, comme M. Jourdain faisait de la prose.

Mais qu'est ce que l'inverse, quand Dieu s'interresse à l'homme?

Dieu qui s'interresse à l'homme, c'est le christianisme, qui n'est ni une religion, ni une théologie, mais une REVELATION!

Théologie naturelle

La théologie naturelle désigne la discipline philosophique qui traite de la nature de Dieu et de ses attributs connus par la seule raison, sans jamais recourir a la Révélation.

Elle s'efforce de dégager de manière argumentée et déductive les propriétés de Dieu. Par exemple, Saint Augustin appuie sa théologie sur la philosophie de Platon, tandis que Saint Thomas d'Aquin prolonge la Métaphysique d'Aristote.

Mais cette approche philosophique est parfois critiquée : on lui reproche notamment sa froideur, et l'absence éventuelle de recours à la foi et du Saint Esprit..., à l'instar de Blaise Pascal qui invoque dans le « Mémorial » dans Pensées:

le « Dieu d'Abraham, Dieu d'Isaac, Dieu de Jacob, non des philosophes et des savants ».

Notes et références


Bibliographie

Articles connexes

Liens externes